lundi 11 mars 2013

Laurent Boyet - Cent Cinquante Pulsations

Quatrième de couverture :

Tout aurait pu sourire à Watson Epps, instituteur noir, sans histoire et bien élevé, en poste à Clarksville, dans le comté de Red River, au Texas. Pourtant, à Huntsville, Watson Epps est dans le centre d’exécution des condamnés à mort, Ellis Unit. Dans quelques minutes, il va mourir par injection létale. De sa cellule au fauteuil où la mort doit venir le cueillir, il revient 18 ans en arrière, à ce jour où il est devenu l’assassin du sheriff de Clarksville, Doug Brooks.
Eileen Brooks est quant à elle coincée dans une voiture, quelque part entre Chicago et Huntsville. Elle accompagne son fils, Justin, qui attend depuis 18 ans que justice soit faite et que l'assassin de son héros de père ait enfin ce qu'il mérite. Ne pouvant plus se dérober, ni se cacher dans la fuite ou dans l’alcool, Eileen doit répondre aux questions de son fils, revenir à son tour 18 ans en arrière pour tenter d'expliquer à Justin qui était vraiment son père et pourquoi, comment il est mort.Au rythme de son cœur qui s'emballe à l’approche de la mort, et sur fond d’une très belle histoire d’amour, Watson Epps nous plonge dans une Amérique surannée, mais pourtant pas si lointaine, celle de Reagan, de la ségrégation qui persiste, du racisme, celle des coins perdus du Texas.Au fil des kilomètres, des grandes villes américaines traversées, Eileen livre enfin sa vérité, celle où, au Texas, les hommes (blancs de préférence) sont plus forts qu'ailleurs.
Lorsque le roman commence, Watson Epps en est déjà à 150 pulsations. Eileen et Justin sont sur la Route 61, dans le Missouri, à 10 heures de l'exécution...

Mon avis : 16/20
Tout d'abord, je tiens à remercier l'équipe de Livraddict' ainsi que l'auteur pour m'avoir fait découvrir ce livre, d'autant plus que je l'ai vraiment beaucoup aimé !
Je vais commencer par ce qui m'a dérangé pour finir sur les points positifs (qui sont plus nombreux). En fait, la seule chose qui m'a posée problème lors de cette lecture, ce sont les changements de narrateurs. J'ai vu sur la chronique de fille-de-lecture qu'elle avait eu le même problème que moi. La plupart de ces changements sont compréhensibles mais il y a un ou deux moments où je me suis posée la question "Mais qui parle ?". Mais ça, c'était surtout en début de lecture, puisqu'une fois qu'on a compris comment ça fonctionnait, on n'a plus ce problème pour la suite. 
Mise à part ce petit moins, je dois dire qu'à partir du tiers du livre, je suis totalement entrée dans l'histoire et il était dur de m'en faire ressortir. Ce que j'ai le plus aimé, ce sont les passages "historiques" qui nous expliquent parfaitement bien le contexte de l'histoire, on apprend vraiment beaucoup de choses mais on ne s'ennuie pas pour autant. 
Chaque personnage nous fait ressentir quelque chose, si ce n'est de l'attachement, du dégout. Doug est un personnage détestable, et j'adore détester. Eileen m'a fait osciller entre attachement et révolte, parce que sa façon d'agir est compréhensible mais je ne pouvais m'empêcher de penser qu'à sa place, j'aurais fait autrement. Et pourtant il n'y avait pas tellement d'autres options. Oui, j'aime autant (si ce n'est plus) les livres qui me révoltent que ceux qui me touchent, et  celui-là a fait les deux, autant par les personnages que par l'intrigue qui est vraiment bien trouvée.
On a aussi, tout au long du livre, un suspens auquel je ne m'attendais pas. Jusqu'à la dernière page on se demande qu'elle sera le dénouement, et on finalement surpris de ne pas l'être.
Je suis absolument ravie d'avoir découvert ce livre, les chapitres sont plutôt courts et il se lit très rapidement. 

Citations :
"On peut se prosterner dans la poussière quand on a commis une faute, mais est-il nécessaire d'en devenir ?"
"Et j'aurais dû savoir que le malheur est souvent caché quelque part au sein du bonheur."

6 commentaires:

  1. Merci beaucoup d'être venu lire la chronique sur mon blog ^^
    L'ayant terminé en premier, je me demandais vraiment si c'étais moi qui avais vraiment mal lu quelque part, mais tu es la troisième à m'avoir aussi fais remarquer que le changement de narrature (surtout celui dans le bus) était difficile. Petite Fleur aussi a eu ce soucis.
    En tout cas, je suis entièrement d'accord avec toi, c'étais vraiment bien d'avoir eu les passages historiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, quand tu as publié ta chronique j'avais déjà commencé le livre et ça m'a rassurée de voir que toi aussi tu avais eu des problèmes a ce niveau la ^^
      Mais sinon je trouve que c'est un très beau livre !
      Merci aussi d'être venir lire la mienne :D

      Supprimer
  2. Je pense que tout le monde a eu un peu de mal au début avec le changement de narrateur, je viens de le lire ! Et c’était une jolie lecture, quoique un peu courte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je trouve aussi que si le livre avait été un peu plus long ça aurait été pas plus mal :)

      Supprimer
  3. J'ai vu que tu participais à ce challenge! ^^ Ce livre ne me tente pas! Même après ta chronique :s Sûrement parce que en ce moment j'en ai un peu trop qui m'attendent! xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui après les goûts et les couleurs ça ne se discute pas ^^
      Je ne pensais pas l'aimer autant d'ailleurs !!

      Supprimer