vendredi 2 mai 2014

Marie Minelli - Sexe, Mensonges et Banlieues Chaudes

Quatrième de couverture :
Descendante d'Helena Rubinstein, Sara vit à Neuilly entre son père, industriel blindé, sa mère éditorialiste chez Elle, et son petit ami Amaury de Saint Sauveur. Elle travaille à la « fondation pour les femmes-du-monde » que dirige sa bourgeoise fin-de-race de belle-mère, et brunche souvent avec ses deux meilleures copines aussi vénales que futiles. Mais Sara ne se sent pas à sa place et décide de gagner son indépendance. Pas de pot, c'est ce moment que choisit Amaury pour la demander en mariage en public. Elle est piégée… Par une suite de malentendus, Sara postule à un programme diversité chez France Télévisions et se fait passer pour une Marocaine de Seine-Saint-Denis afin de décrocher le job qui la mènera à l'indépendance professionnelle. C’est là que son chemin croise celui du mystérieux Djalil. Et si son salut se trouvait de l'autre côté de périph' ? Peut-elle décemment quitter sa vie confortable à Neuilly pour aller vivre avec ce banlieusard qui ne lui promet rien ? Sara pourra-t-elle tout avoir, la fortune et le plaisir, la sexualité et le mariage ? De rebondissements en mensonges, scènes de sexe débridées et déclarations d’amour, un mélange détonnant entre le grand théâtre de quiproquos à la Marivaux et le film Tout ce qui brille. Avec un ton irrésistible, féminin mais pas cruche, drôle mais pas lourd, branché mais pas bobo, Sexe, mensonges et banlieues chaudes nous entraîne dans les coulisses des médias et nous fait voyager des immeubles cossus de Neuilly aux cités du 93. Hommage vibrant à l’ouverture aux autres, Roméo & Juliette version érotico-moderne, ce roman se révèle un hymne aux femmes de cette génération, tiraillées entre idéalisation du couple et désir d’indépendance, fantasmes et réalité, hyperréalisme et troisième degré. Avec de vraies scènes de sexe à l'intérieur !!

Mon avis : 13/20
Avant tout commentaire, je tiens vraiment à remercier La Musardine, qui m'a gentiment proposé la lecture de ce livre. 
Avant même d'ouvrir le livre, on imagine tomber sur une histoire d'amour passionnelle remplie de clichés : l'homme riche qui ne sait pas faire l'amour et le banlieusard qui s'y prend comme un Dieu (cf : Androidereveur). Ca, c'est pour la quatrième de couverture. En réalité, ce qui est très bien fait dans ce livre, c'est le personnage principal : Sara, qui est tiraillée entre son envie d'émancipation et sa peur de décevoir ses proches. L'intrigue est bien trouvée, puisqu'elle décide de se prendre en main et de ne pas se faire pistonner par toute sa famille pour trouver un travail, et elle réussit. Seulement, pour cela, elle décide de se faire passer pour ce qu'elle n'est pas : une femme qui vit à Seine-Saint-Denis. On a du mal à savoir si on aime ou pas ce personnage, parce qu'elle est à la fois très humaine, mais certaines pensées snobs arrivent pour contredire sa sympathie et la font passer pour une "sale gosse de riche" qui ne connait rien à la vie et qui a d'énormes préjugés sur le monde qui l'entoure. Alors oui, c'est le but précis du personnage, mais il aurait peut-être mieux fait de défendre jusqu'au bout les idées qu'il prône à la fin pour contraster avec tout son entourage qui est complètement stéréotypé.
Ce qui est intéressant dans ce livre, ce sont les questions que Sara se pose quant à son mariage, est-elle réellement amoureuse ? Que recherche-t-elle réellement dans l'amour ? Le livre reflète un problème de notre société actuelle : épouser quelqu'un pour de l'argent, ce n'est pas l'aimer, mais épouser quelqu'un pour le sexe, est-ce mieux ? 
On regrette quand même parfois le manque de vraisemblance, notamment quant à l'amour qui nait entre Djalil et Sara alors qu'ils n'échangent pas un mot, et les clichés sur certaines personnages (autant dans le monde riche que de l'autre côté du périph'), quant aux scènes de sexe, elles ne sont pas omniprésentes mais ce n'est pas gênant car malgré le titre de l'oeuvre, ce n'est pas ce qu'on attend le plus à la lecture, d'autant plus qu'elles sont moins bien écrites que le reste.
En bref, c'est un livre qui se lit rapidement et on passe tout de même un bon moment avec ce livre malgré quelques défauts qui ne sont pas de gros bémols non plus. 

Citation :
- "Est-ce que l'amour, c'est jouir ensemble ? Ou est-ce que l'amour, c'est se marier ensemble ?"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire