vendredi 11 juillet 2014

Florence Dugas - Dolorosa Soror

Quatrième de couverture :
A 19 ans, que sait-on de l’amour ? Florence, la narratrice, rencontre J.P qui lui fait découvrir son goût pour la punition. Dans la douleur et l’humiliation, dit-elle, il y a l’extase. Et de coups de fouets en blessures physiques, Florence cherche à se comprendre, à s’admettre, à s’analyser. Bien au-delà d’un récit érotique, Florence Dugas nous raconte le cheminement mental qui l’a menée à la nécessité de la douleur, à ce refus d’exister dont la cause remonte au mal-être de l’enfance. Mais ce livre est aussi la quête de la passion extrême, absolue, celle qui abolit la notion du réel et conduit à la destruction. Un style direct, une écriture puissante et précise pour décrire les situations de la manière la plus authentique qui soit. Un récit poignant et bouleversant car autobiographique.

Mon avis : 17/20 - COUP DE COEUR - 
Avant tout commentaire, je tiens vraiment à remercier une fois de plus La Musardine, qui m'a gentiment proposé la lecture de ce livre. 

On pourrait croire que ce livre est un simple roman érotique qui traite du sadomasochisme comme n'importe quel autre bouquin. Il n'en est rien du tout. Certes, l'intrigue principale est celle de l'auteure, qui nous raconte son histoire avec le sadomasochisme, comment elle en est arrivée là et pourquoi elle aime autant ça. Mais ce livre est beaucoup plus profond (sans mauvais jeu de mots). On pourrait s'attendre à un vaste enchaînement de déboires sexuels (bon ok, c'est aussi un peu le cas), mais en réalité, l'histoire nous pousse à nous demander "mais jusqu'où va-t-elle aller ?"
Le lecteur est lié à la narratrice par cette envie de toujours vouloir en savoir plus. Quand la narratrice a mal, le lecteur souffre en retour mais a aucun moment on ne franchit la barrière du "sale". Pourtant, l'écriture est crue, mais l'auteur réussit parfaitement à intégrer ce côté-là à une écriture plus tendre, voir poétique. D'autre part, la volonté de "se faire mal" n'est pas gratuite, la narratrice nous présente les différentes étapes mentales qui l'ont menée à avoir besoin du sadomasochisme pour se punir elle-même afin de se sentir mieux. Cette partie plus psychologique n'est pas réellement développée, mais on ressent que sa place est importante sans qu'elle ne soit évoquée à longueur de temps. 
Ce sombre roman ne répond pas aux critères des "romans érotiques" que l'on connait, il n'est pas là pour combler la curiosité malsaine du lecteur, mais une véritable tension est présente tout au long de l'oeuvre, et à aucun moment on ne tombe dans les clichés du sadomasochisme "gentillet" qui pourrait pourtant beaucoup plus plaire au grand public.
Cette prise de risque (car même si c'est un roman autobiographique, je pense tout de même que c'est une prise de risque) apporte beaucoup, cela donne au roman un côté "unique", il parle de sexe mais reste un roman très sombre. Ce livre marque les esprits et ne peut laisser indifférent qui que ce soit, positivement ou négativement. 


Musique :
Cette chanson me fait penser à ce livre :

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Franchement, j'ai adoré alors que je ne pensais vraiment pas que ce serait le cas !

      Supprimer