jeudi 14 août 2014

Timur Vermes - Il est de retour

Quatrième de couverture :
A Berlin, en 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n'est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L'Allemagne ne rayonne plus sur l'Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c'est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d'agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l'odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir. La machine médiatique s'emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise... Hitler est ravi qui n'en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. Reste pour lui à porter l'estocade qui lui permettra d'accomplir enfin ce qu'il n'avait pu achever...

Mon avis : 14/20 
Quoi de plus accrocheur qu'un tel synopsis ? Hitler se réveille en 2011, à Berlin et il veut absolument achever ce qu'il a commencer. Ahhh, voilà un livre qui risque de ne pas faire rire tout le monde. Et bien non. L'auteur a pris le parti de nous raconter cette histoire sur un ton comique, enchaînant les quiproquos et les malentendus. Hitler, le narrateur, voit le monde comme il l'a quitté, et s'approprie petit à petit les nouvelles technologies. Mais aux yeux de tout le monde, il n'est qu'un comédien de métier, qui joue le rôle du célèbre dictateur (peut-on dire dictateur puisqu'il a été élu d'ailleurs ?). Les comparaisons et les allusions à l'époque aryenne se font nombreuses, mais toujours en montrant Hitler comme un grand naïf un peu trop convaincu par le rôle qu'il a à jouer. 
Le point négatif, c'est l'absence d'action concrète. C'est un roman assez "passif", et parfois les quiproquos récurrents peuvent lasser le lecteur. On s'attend à beaucoup plus de prise d'initiative de la part d'Hitler, alors qu'il est beaucoup plus réflexif qu'actif. 
Le gros point positif, c'est justement cette réflexion. Le narrateur a une vision de notre monde beaucoup plus objective puisqu'il vient d'une autre époque, et il se pose beaucoup de questions sur notre société, notamment sur les médias et leurs rôles. Sa vision des choses nous pousse à regarder autrement ce qui nous entoure, et à nous poser nous-mêmes des questions. D'ailleurs, puisque Hitler est le narrateur, on est confronté à son point de vue sur la Seconde Guerre Mondiale, et c'est assez intéressant car comme il le dit "les gagnants écrivent l'Histoire, et ils en oublient volontairement certains détails". Il nous rappellent qu'il n'y a pas de "vrais gentils" dans une guerre. Aussi, j'avais peur qu'Hitler soit caricaturé comme un grand méchant, et j'ai beaucoup aimé le personnage car il nous est montré assez humainement : il est très intelligent et même s'il est complètement à côté de la plaque, ce n'est pas par pure méchanceté gratuite, mais pour le bien de son pays. 
Ah oui, gros plus pour la fin de l'oeuvre, qui laisse à réflechir. Les deux dernières phrases suffisent à vous faire dire "Ah ouais."

Citations :
- "Soit il y avait tout un peuple de salauds. Soit ce qui est arrivé n'était pas une saloperie, mais correspondait à la volonté de tout un peuple."

Autres chroniques :
--> Alys aussi a essayé ce livre : clique donc là morray !

13 commentaires:

  1. Ce livre est dans ma wish depuis sa sortie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est bien mais pas incontournable, c'est surtout l'idée de base qui est intéressante !

      Supprimer
  2. Je l'ai eu en main plusieurs fois et je l'ai reposé ... Ton avis me donne envie, mais en même temps, je me demande s'il ne présente pas quand même Hitler d'un côté trop positif... le bien du peuple...bof.... Enfin, je crois que je finirai par le lire pour me faire ma propre idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non, c'est juste qu'il est le narrateur, du coup il défend sont point de vue puisqu'il est, évidemment, à l'opposé de tout le monde (lecteur compris !). Il n'est pas présenté comme un "gentil" mais juste comme quelqu'un de "normal" (si j'ose dire), qui sait ce qu'il veut.
      Et selon lui, la race supérieure et le bien de son peuple, c'est ce qu'il veut (donc point de vue intéressant !)

      Supprimer
    2. Ah, je comprends mieux! Bon, je vais surement le lire parce qu'il m'intrigue vraiment ! Merci pour ces précisions!

      Supprimer
  3. Mouhahahaha je viens de poster sur le billet d'en dessous ce que je voulais te demander ici : d'où tu sors ces bouquins de ouf ? Bon tout ceci a l'air intéressant, faudrait que je voie si ma médiathèque l'a....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah, j'ai un peu une passion pour tout ce qui est glauque/dérangeant ! :D

      Supprimer
    2. Lu! Très bien. Merci pour la découverte. Je te fais signe quand je poste ma chronique.

      Supprimer
    3. Ah oui tiens, j'ai (encore une fois) hâte de lire ton avis, parce que je sais que ce livre à mitigé plus d'une personne !! :)

      Supprimer
  4. Ah voilà un livre que je compte bientôt lire ! Le topo est vraiment original. Et personnellement, je ne m'attends pas à beaucoup d'action dans ce roman donc ce point-là ne devrait pas me poser de problème !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais ça reste un très bon livre ! Surtout du point de vue réflectif, puisqu'on est forcé d'avoir le point de vue d'Hitler, et c'est à la fois dérangeant et amusant (vu le ton du livre ^^)

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout ce livre, et c'est vrai que le résumé est super intriguant! Vu ton avis, ce n'est peut-être pas le livre du siècle, mais il a l'air de valoir la peine qu'on s'y intéresse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a au moins le mérite de faire réfléchir et de mettre le lecteur face à son rôle de "public" !!
      Je le conseille quand même car je pense qu'il en vaut quant même le coup !

      Supprimer