jeudi 2 avril 2015

Paulo Coelho - Brida

Quatrième de couverture :
Brida, une jeune Irlandaise à la recherche de la Connaissance, s'intéresse depuis toujours aux différents aspects de la magie, mais elle aspire à quelque chose de plus. Sa quête l'amène à rencontrer des personnes d'une grande sagesse, qui lui font découvrir le monde spirituel : un mage habitant la forêt lui apprend à vaincre ses peurs et à croire en la bonté de l'univers ; une magicienne lui explique comment danser au rythme du monde et invoquer la lune. Brida part alors à la rencontre de son destin. Parviendra-t-elle à réconcilier sa vie amoureuse et son désir de tout quitter pour devenir sorcière ?

Mon avis : 11/20
Ce livre fait partie des nombreuses oeuvres dont on ne sait pas réellement ce que l'on peut dire dessus. L'histoire n'est pas spécialement banale mais une fois que l'on est dedans, on a pourtant l'impression de savoir ce qui va se dérouler et... nos pensées s'avèrent être justifiées.
L'histoire n'est pas réellement prenante, qu'elle soit au niveau de l'intrigue ou de la relation amoureuse. D'autant plus que le côté mystique est gâché par la religion... On ne comprend pas réellement pourquoi celle-ci est aussi présente.
Les personnages ne sont pas attachants, ce qui n'aide pas le lecteur à entrer plus profondément dans le roman. Brida, qui est tout de même le personnage principal, est une personne beaucoup trop "lambda" pour que l'on puisse s'identifier à elle ou seulement la juger. C'est un personnage assez fade et c'est dommage puisque c'est bel et bien un morceau de sa vie que l'on suit. Seul Wicca m'a réellement touchée. C'est une femme forte et prête à faire beaucoup de sacrifices pour garder son statut de "femme qui n'a besoin de personne". Elle est le véritable point positif de ce livre. 
L'écriture est assez banale, elle est suffisamment bonne pour que l'on ne s'ennuie pas de trop pendant le livre, mais pas assez exceptionnelle pour que l'on qualifie ce roman de "chef d'oeuvre".


"Rien n'est complétement faux dans le monde. Même une horloge arrêtée réussit à être à l'heure deux fois par jour."
"Pour ne pas souffrir, il fallait aussi ne pas aimer."

8 commentaires:

  1. M'étonne pas, c'est sensiblement ce que j'ai pensé de L'Alchimiste (avec en plus beaucoup de dépit parce que ça a quelque chose de terriblement culcul). Je pense que ce n'est pas notre genre en fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en fait ça se lit assez rapidement, mais c'est pas de la grande folie.
      Et encore, je dis "rapidement" mais je n'étais jamais vraiment emballée à l'idée de poursuivre ma lecture.
      Mais je pense que c'est clairement une question de goût justement, comme tu dis.

      Supprimer
  2. Je n'ai pas encore lu de romans de Paulo Coelho. Ce que tu dis de ce livre ne me tente pas plus que ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que ce soit le meilleur de l'auteur dans tous les cas ;)

      Supprimer
  3. Ah mince, pourtant en lisant le résumé il me donnait bien envie celui là, dommage :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que c'est plus ton style de lecture que le mien, je ne sais pas. Je n'ai pas accroché c'est dommage.

      Supprimer
  4. Coucou! J'arrive ici par l'entremise d'Alys...
    Je n'ai pas accroché du tout à ce roman, je n'ai pas réussi à dépasser une soixantaine de pages! Ce n'est tout simplement pas mon genre, je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, j'ai fini le livre mais je n'ai pas vraiment été fan...

      Supprimer