mardi 14 avril 2015

Sade - La Philosophie Dans Le Boudoir

Quatrième de couverture :
Dolmancé à Eugénie : "Soyez de même extrêmement libre avec les hommes ; affichez avec eux l'irréligion et l'impudence : loin de vous effrayer des libertés qu'ils prendront, accordez-leur mystérieusement tout ce qui peut les amuser sans vous compromettre ; laissez-vous manier par eux... ; mais, puisque l'honneur chimérique des femmes tient à leurs prémices antérieures, rendez-vous plus difficile sur cela ; une fois mariée, prenez des laquais, point d'amant, ou payez quelques gens sûrs : de ce moment tout est à couvert ; plus d'atteinte à votre réputation, et sans qu'on ait jamais pu vous suspecter, vous avez trouvé l'art de faire tout ce qui vous a plu."

Mon avis : 16/20
Attention, ne nous y trompons pas, apprécier une lecture de Sade n'est pas quelque chose de donné à tout le monde. Beaucoup penseront que c'est un livre vulgaire, choquant, pornographique et immoral, mais ils se trompent complètement (bon, peut-être pas "complètement"). 
La sexualité à outrance est clairement montrée comme un désir et un plaisir que la nature a crée, et les protagonistes tentent d'expliquer à Eugénie que la culpabilité n'a aucune place dans ce que la nature a fait. En parallèle, outre ces orgies, beaucoup de discours et débats philosophiques anti-cléricaux et en l'honneur du libertinage émergent et laissent à réfléchir au lecteur. Notons parmi ceux-ci une vision très moderne sur l'avortement et le droit de la femme à faire ce qu'elle souhaite de son corps (alors que, paradoxalement, la femme est tout de même décrite comme "faite pour les désirs de tous les hommes" -et non d'un seul- quelques pages après). 
A travers diverses théories très bien argumentées, Sade réussit malgré tout à justifier toutes les pires horreurs dont l'homme est capable (viol, meurtre...) et il met le lecteur face à ses propres limites de "l'acceptable". L'oeuvre démarre gentiment et termine sur un acte clairement immoral et absolument horrible (qui me perturbe encore quand j'y repense), c'est l'apothéose d'une oeuvre qui, à l'image de son titre, se veut provocante mais surtout réflective. 

"Mettons, s'il vous plaît, un peu d'ordre à ces orgies, il en faut même au sein du délire et de l'infamie."

7 commentaires:

  1. Super chronique ! En plus très philosophique ! ^^
    Il a l'air fort intéressant, mais je pense être un peu jeune pour lire ce livre, non !
    Sinon, j'espère qu'il t'a plu ! ^^ et ta permis de comprendre la barbarie dont est capable l'Homme ! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'il y a d'âge pour lire Sade, moi j'ai toujours été introguée par ce mec (même à 15 ans), après le côté philosophique m'a beaucoup plus parlé en le relisant aujourd'hui que quand je l'ai lu à 18 ans ^^

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord, on comprend pas certain aspect quand on est jeune (comme moi X))

      Supprimer
  2. Ce livre est dans ma PAL depuis quelques années maintenant, il faudrait peut-être que je l'en sorte un de ces jours ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'avais déjà lu mais pas entièrement (pas par goût mais parce que j'étais passé à autre chose), et à vrai dire, la relecture a été bien meilleure !! :)
      Après, comme je l'ai dit, je ne suis pas sûre que le monde entier adhère aux livres de Sade !!

      Supprimer
  3. J'en garde un souvenir double : très amusé pour la partie sexuelle, très intéressé pour la partie morale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça ! J'ai hâte de lire "Justine" qui est son œuvre la plus connue d'ailleurs :)

      Supprimer