lundi 29 juin 2015

Riad Sattouf - L'Arabe du Futur, Tome 2 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1984 - 1985)

Quatrième de couverture :
Né d'un père syrien et d'une mère bretonne, Riad Sattouf raconte dans L'Arabe du futur sa jeunesse au Moyen-Orient. Dans le premier tome (1978-1984) le petit Riad était balloté entre la Libye, la Bretagne et la Syrie. Dans ce second tome, qui couvre la première année d'école en Syrie (1984-1985), il apprend à lire et écrire l'arabe, découvre la famille de son père et, malgré ses cheveux blonds et deux semaines de vacances en France avec sa mère, fait tout pour devenir un vrai petit syrien et plaire à son père. La vie paysanne et la rudesse de l'école à Ter Maaleh, les courses au marché noir à Homs, les dîners chez le cousin général mégalomane proche du régime, les balades assoiffées dans la cité antique de Palmyre : ce tome 2 nous plonge dans le quotidien hallucinant de la famille Sattouf sous la dictature d'Hafez Al-Assad. Le premier tome de L'Arabe du futurest un immense succès.

Mon avis : 17/20 - COUP DE COEUR -
Fidèle au premier tome, nous voilà une fois de plus complètement dépaysés face à la Syrie que le petit blond et sa famille continue de découvrir. Dans ce second ouvrage, Riad va vivre -entre autres- ses premiers jours à l'école. On retrouve avec plaisir les planches de Riad Sattouf qui utilise parfaitement les petits détails qui sont ancrés dans sa mémoire d'enfant pour nous les transmettre en dessin. Une fois de plus, c'est avec efficacité qu'il retranscrit les moments de son enfance. Son personnage est toujours aussi touchant, notamment par sa naïveté d'enfant.
L'apprentissage à l'école et dans sa vie de tous les jours montre un aspect très intéressant car autobiographique donc véritable : il apprend à détester Israël et les juifs parce que tout le monde les déteste et qu'il est mal vu de ne pas les détester. Il en va de même avec sa vision de la femme : il pense que les gens vont le trouver faible s'il dit que sa mère l'a autorisé à faire quelque chose alors qu'il va citer son père pour paraître fort. 
Cette BD montre bien que la façon d'élever un enfant se répercute forcément sur la vision du monde qu'aura ce dernier, elle montre aussi, à plusieurs reprises, l'hypocrisie religieuse et l'obscurantisme qui en découle. C'est d'ailleurs dans cette hypocrisie que le père de Riad semble sombrer petit à petit. Fort heureusement, la mère de Riad va beaucoup plus prendre la parole que dans le premier tome. Ce n'est pas encore assez à mon goût, mais quelque chose me dit que le troisième tome nous réservera des surprises. 

2 commentaires:

  1. Hello ! ^^
    Enfin de retour de Bretagne ! ^^
    Cette bande-dessiné à l'air originale, et la planche que tu montre dans ta chronique est très belle. Je ne connaissais pas cette série de BD mais le thème qu'elle traite à l'air à la fois captivant et novateur ! ^^
    J'essaierais de me procurer le premier tome et de me faire un avis dessus au plus vite ! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Riad Sattouf est assez connu dans le monde de la BD mais je ne le connaissais pas non plus et apparemment cette BD sort de son style habituel (pas le dessin mais l'histoire)
      Bref moi j'adore ^^

      Supprimer