mardi 24 mai 2016

Antoine Piwnik - Martin, Sexe Faible

Quatrième de couverture :
Et si les hommes étaient le sexe faible ?
Martin, 30 ans, a bien du mal avec ce monde où les femmes ont le pouvoir : harcèlement sexuel, misandrie au travail, pression familiale.
D’autant qu’il ne vit pas très bien son célibat prolongé, et qu’une impitoyable andrologue a affolé son horloge biologique.
Pour trouver sa princesse charmante et crever le plafond de verre de Direct Info, où il se trouve cantonné à la rubrique people, Martin va devoir se battre.
Quitte à prendre quelques coups, au sens propre comme au figuré.
Comédie romantique à l’envers, le journal de Martin, dénonce le sexisme ordinaire.

Mon avis : 16/20
Peut-être connaissez-vous déjà la Websérie éponyme ? Ce n'était pas mon cas, mais voilà que chose faite.

Pour tout dire, lorsque j'ai vu la quatrième de couverture, j'ai eu très envie de lire mais j'avais aussi très peur. Le sujet va-t-il être traité de façon superficielle ? Le livre va-t-il donner une image ridicule du féminisme ? Verdict : je dois l'avouer, il est plutôt cool.
Sous forme de journal intime, Martin nous raconte jour après jour sa quête de l'amour et du bonheur. Sauf que dans une société matriarche... c'est pas facile facile d'être un homme. Il faut prouver en permanence qu'on peut aussi peser dans le game. Très honnêtement, l'intrigue n'est pas fofolle, mais le côté "société inversée" est vraiment crédible et montre toute l'absurdité du problème patriarcal, et c'est la force de cette oeuvre : l'humour.
L'humour est omniprésent, mais c'est l'absurdité du sexisme qui le veut : en mettant les hommes en tant que sexe faible, on se rend mieux compte que l'égalité homme-femme est loin d'être parfaite à l'heure actuelle.

Ce livre se lit tellement vite que tout le monde devrait le lire (ça pourrait faire pousser de miraculeuses graines dans le cerveau des gens !)
Alors certes, ce livre n'est pas écrit de façon mirifique, mais la légèreté de la forme renforce encore plus le fond.

4 commentaires: