dimanche 6 août 2017

Olivier Bruneau - Dirty Sexy Valley

Quatrième de couverture :
Dans la moiteur d’un été torride, six étudiants inséparables décident de célébrer leur diplôme en s’adonnant à une authentique orgie dans une cabane isolée à la montagne. Mais quand ils débarquent sur place, prêts pour la fête de leur vie, ils ignorent que dans la pinède habite une famille dégénérée, pour qui la perversion est un art de vivre.
Voici un roman qui dépasse les bornes. Horreur, sexe et humour : réfléchissez avant d'offrir ce livre à votre belle-mère. En revisitant la crème du cinéma trash (des bombes sexuelles en mini short aux massacres à la scie sauteuse dans les bois) et en nous offrant un mélange tout personnel de Quentin Tarantino et de Russ Meyer, Dirty Sexy Valley transforme en éclats de rire ce qui nous obsède depuis la nuit des temps. Eros et Thanatos, en mode pop corn.

Mon avis : 9/20
Oui, mais non. Je crois que c'est la première fois que les éditions du Tripode me déçoivent un peu. Attention, je ne remets absolument pas en cause leurs qualités d'éditions (car je les aime d'amour), mais là... non.
Si tu as lu la quatrième de couverture que je t'ai mis juste en-dessus, tu attendras peut-être, comme moi, un livre complètement dingue mêlant le cul à l'horreur, le tout dans le but d'avoir un rendu assez burlesque ? Et en réalité, les ingrédients de bases auraient tout pour avoir ce rendu. Dès les premiers chapitres, on part vraiment dans une sorte de Scary Movie en version papier, la situation initiales est bonne. Des lycéens insouciants partent faire une virée perdus dans un chalet lui-même au fin fond d'une forêt, isolés. Mais petit à petit le soufflé retombe, le sexe prédomine sans jamais sortir de son côté "sérieux" (en tout cas, pas assez pour être véritablement dans le nanar), l'horreur se fait attendre...
Non. En fait, quand la quatrième de couverture parle de "gode-tronçonneuse", on s'attend à plein de choses complètement frappés, à des situations sordides... mais on se retrouve à la fois avec un mauvais livre d'horreur et un mauvais livre érotique (et un mauvais nanar livresque aussi). Je dirai même qu'un gode-tronçonneuse n'aurait pas été de trop.
On peut cependant préciser qu'il y a pas mal de scènes référentes à des oeuvres cultes, et que celles-ci sont subtilement utilisées, car l'oeuvre originelle ne prend jamais le dessus sur Dirty Sexy Valley.
C'est dommage, car ce livre avait tout pour être original, drôle, et trash. Mais peut-être que ce sont mes attentes qui n'étaient pas en adéquation avec l'oeuvre, peut-être même que le côté burlesque n'était pas du tout prévu à la base. Mais en ce qui me concerne, c'est la déception.

2 commentaires:

  1. Oh merde, ce livre me tentait trop mais justement, j'avais peur qu'à être trop "cool/WTF", il ne propose rien de vraiment intéressant et s’essouffle au bout de 10 pages :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien... j'aurais justement aimé qu'il soit plus "coll/WTF" malheureusement. Après ce n'est que mon avis, j'ai vu pas mal de critiques positives qui le comparent à un nanar littéraire, mais je trouve que même avec cette comparaison, c'est raté (encore une fois, ça n'engage que moi) :/

      Supprimer